3 chose à savoir sur les Ponts Thermiques.

pont thermique non répétitif aléatoire

3 min de lecture

Vous avez peut-être déjà rencontré ce terme si vous avez parlé d’isolation à un constructeur. Les ponts thermiques sont essentiellement des endroits de la maison où l’isolation n’est pas continue et où les pertes de chaleur sont donc beaucoup plus importantes à cet endroit précis.

Imaginez que vous ayez 10 cm d’isolation de mur extérieur sur l’extérieur de votre propriété. Dans la plupart des cas, cela procurerait un bon niveau de confort à l’intérieur de la maison et permettrait de réaliser d’importantes économies d’énergie sur les factures de chauffage.

Imaginez maintenant qu’un clou en acier traverse les 10 cm d’isolant pour toucher la brique en dessous. Il s’agit d’un exemple (rudimentaire) de pont thermique : une perte de chaleur soudaine se produira à travers le clou en acier vers l’environnement extérieur, ce qui créera également des points froids à l’intérieur de la propriété.

Le problème des points froids est qu’ils peuvent entraîner de la condensation et toutes ses désastreuses conséquences avec notamment l’apparition de moisissures si l’eau reste en place pendant une période prolongée.

L’un des plus grands défis de la construction moderne est de s’assurer qu’il y a aussi peu de ponts thermiques que possible.

Les ponts thermiques peuvent se produire de trois manières différentes :

👉 Pont thermique répétitif

Imaginez que vous posiez 100 mm d’isolant dans les combles. Si vous deviez le faire, vous le feriez normalement parallèlement entre les solives. Le problème, c’est qu’à l’endroit où se trouvent les solives, il n’y a en fait pas d’isolation, et donc, bien que l’on remplisse l’espace entre les solives avec 100 mm d’isolation, un pont thermique se produit à l’endroit où se trouvent les solives.

L’avantage d’un pont thermique répété est qu’il est facile à planifier pour les constructeurs car il est prévisible. Ils doivent prendre les précautions nécessaires pour s’assurer que la valeur U de la zone est cohérente, quel que soit l’endroit où elle est mesurée.

Il sera aussi possible de le résoudre par une bonne isolation du logement

👉 Pont thermique non répétitif

Les ponts thermiques non répétitifs se produisent généralement aux jonctions entre des éléments de construction ordinaires. Ils sont souvent causés par des discontinuités dans l’enveloppe thermique, par exemple un linteau en acier positionné au-dessus d’une fenêtre nécessaire pour fournir un support supplémentaire.

Ce type de pont thermique augmente les pertes de chaleur de la propriété et accroît également les risques de formation de condensation. On estime que les ponts thermiques non répétitifs représentent environ 30% des pertes de chaleur dans une maison typique.

Tout comme les ponts thermiques répétitifs, il est possible de les prévoir, mais ils sont plus difficiles à réaliser pour les ouvriers du bâtiment.

👉 Pont thermique aléatoire

L’exemple utilisé ci-dessus du clou traversant une couche d’isolation serait décrit comme un pont thermique aléatoire. Il est difficile pour les constructeurs de prévoir ces ponts, mais ils comprennent généralement des éléments tels que les robinets extérieurs ou les cabines téléphoniques – même les logements des compteurs de gaz ou d’électricité constituent une forme de pont thermique aléatoire.

👉 Isolation des conduits

Dans les maisons équipées d’unités centrales de chauffage et de climatisation qui font passer l’air par un système de conduits, les conduits qui fuient peuvent réduire l’efficacité jusqu’à 20 %. Étanchéifiez et isolez tous les conduits de votre maison pour permettre à l’air chaud et à l’air frais d’arriver à destination le plus efficacement possible. Une bonne isolation est encore plus importante lorsque les conduits traversent des espaces non aménagés comme les greniers ou les sous-sols. Enfin, scellez les zones autour des registres pour empêcher l’air de fuir derrière le mur ou sous le plancher. 

Que pouvez-vous faire pour éviter les ponts thermiques❓

Pour lutter contre le problème du pont thermique, les montants doivent être recouverts d’une isolation continue. Lors de la construction d’une maison, il est facile d’ajouter de l’isolant au système de murs pour briser le pont thermique. Dans le cas d’une rénovation, une couche d’isolation ne peut être ajoutée que par l’intérieur ou l’extérieur de la maison. L’ajout d’une couche d’isolant par l’intérieur est généralement difficile et coûteux, car il nécessite un remodelage complet pour remplacer les cloisons sèches, les boiseries ou d’autres finitions intérieures.

La façon la plus simple d’ajouter une couche d’isolation continue à une maison existante est par l’extérieur, sous un nouveau bardage. Aujourd’hui, l’État a mis l’Aide Exceptionnelle appelée le « Coup de Pouce à la Rénovation performante d’une maison individuelle »

Ce dispositif a pour objectif d’inciter financièrement les propriétaires de maisons individuelles en France métropolitaine à réaliser une rénovation globale performante de leur patrimoine immobilier, en particulier lorsqu’elle inclut le changement de leur chaudière alimentée par des énergies fossiles. Les travaux sont définis par une étude énergétique préalable et s’inscrivent dans le cadre d’une rénovation thermique globale des bâtiments relevant de la fiche d'opération standardisée BAR-TH-164 consistant à mettre en œuvre un bouquet de travaux optimal sur le plan technico-économique.

Comment profiter de la BAR-TH-164❓ Avec HBS France❗️

Spécialiste de la rénovation énergétique, HBS France vous accompagne pour vos Travaux et  des conseillers qui vous aident à trouver un professionnel RGE et des aides adaptées à vos besoins.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur telegram

Laisser un commentaire